Cet article a été rédigé par les étudiants du Master 2 DMI Panthéon-Assas dans le cadre de leur newsletter mensuelle, DataMag. Suivez-les sur Twitter! Merci à Julia Balanyuk, Jonathan Gorin, Mehdi Mehiri pour leur travail, ainsi qu’à leurs professeurs Madame Gollety et Monsieur Militaru.

Si vous avez envie de rejoindre l’aventure Inside IBM, vous pouvez participer à la dernière édition de l’année 2017 🙂

m2 pantheon assas 1

Aujourd’hui c’est le 28 septembre, journée atypique du calendrier du master I3M/DMI d’Assas, nous avons la chance de passer une après-midi hors des murs de l’université organisée au siège social d’IBM France.

Première étape : récupération des badges

Un accueil original est réalisé par des volontaires, en panama, de différentes équipes d’IBM (Les IBMers comme ils aiment s’appeler), ils nous donnent nos badges et nous dirigent vers la première étape de la journée, une conférence. Sur le chemin, un hall fourmillant d’étudiants et d’IBMer, nous donne une bonne opportunité pour une photo souvenir.

Conférence

DSCF1500.JPG

Le grand amphithéâtre est surprenant aux airs de salle de cinéma. D’ailleurs la conférence débute ainsi par un court film dans lequel une série de IBMers expliquent ce qui s’est passé dans l’entreprise l’année de leur naissance. On voit ainsi une série d’employés puis leurs enfants exposer les évolutions de leur entreprise. Un format original mais étrangement addictif. On se retrouve assez rapidement IBMer nous-mêmes, avec l’envie de découvrir la suite!

Cette vidéo atteint son objectif, suite à son visionnage, on se découvre rapidement un élan d’affection pour ce groupe et son histoire. On a envie de les rejoindre, de participer à cette aventure…

Les deux organisateurs de cette journée, Jimmy Leroy et Inès Chassagneux, montent ensuite sur scène. Après un discours de bienvenue, ils nous expliquent le déroulé de la journée. Deux parcours sont prévus, le premier se compose d’une visite du centre d’innovation ainsi qu’une activité (escape game, atelier IBM cloud et conférence global tech outlook) et le deuxième d’ateliers.

Pour une meilleure implication des participants, un concours complète les activités avec une série de gagnants : le meilleur elevator pitch, le meilleur temps d’escape game et la meilleure photo de la journée.

Nous sommes alors répartis dans les différents ateliers et parcours selon les préférences d’inscriptions à cette journée. Avec une autre étudiante du master DMI, je me dirige vers le parcours Entreprenariat.

Atelier Scale Zone

DSCF1458.JPG

Nouvelle salle, plus intime. Sur les centaines de participants à cette journée, une bonne vingtaine participe à cet atelier. L’accueil est royal : café et autres boissons sont à disposition ainsi que 4 membres de l’équipe Scale Zone d’IBM.

La Scale Zone, ainsi que nous l’a été présentée, est une zone de rencontre d’entreprises et de start-ups, son but, leur permettre de travailler ensemble avec le soutien logistique d’IBM. Elle fonctionne sous forme de saisons de 6 mois durant laquelle elle héberge une dizaine de start-ups liées par le thème choisi pour la saison, actuellement il s’agit des objets connectés.

Quel est le but de l’atelier ? Former des groupes de 6 personnes travaillant sur un des acteurs de la Scale Zone, un IBMer, un startuper ou le CEO d’une entreprise dans le but de trouver des solutions selon la méthode du « Design thinking ».

Le travail sur la CEO a été assigné à mon groupe. Première étape – trouver ce que la CEO va penser, dire, faire et ressentir lors d’une journée type. Seconde étape – répartir ces différentes trouvailles sur une journée type : arrivée au travail, travail sur l’entreprise du matin, travail pour les clients le matin, les mêmes travaux l’après-midi pour ensuite un évènement mondain le soir. Les idées fusent, du besoin de café jusqu’au étapes réelles de son travail. Cela nous a conduit à l’étape suivante, trouver son besoin réel afin d’y «prototyper» une solution. Quelques secondes plus tard, même si cela nous a en réalité pris deux heures, notre elevator pitch a été trouvé mais non sélectionné pour le concours, au contraire de celui de ma camarade.

Cet atelier se termine et nous retournons vers le hall d’IBM, pour quelques instants avant la dernière conférence de la journée.

Celle-ci est marquée par les discours du directeur d’IBM France et celui des organisateurs de la journée, des témoignages d’anciens stagiaires et apprentis devenus aujourd’hui IBMers témoignent avant de dévoiler les résultats du concours. Une étudiante de notre master a gagné le prix, avec son groupe, du meilleur elevator pitch.

L’après-midi se termine par un cocktail durant lequel les étudiants et les IBMers peuvent discuter et échanger sur leurs parcours respectifs.

 

Atelier : dans la peau d’un consultant Blockchain

DSCF1514.JPG

Dans le but de découvrir les différents métiers du digital et du conseil, l’activité « Dans la peau d’un consultant » permettait d’avoir un aperçu sur les enjeux et les problèmes rencontrés par les experts du secteur, jusqu’aux solutions proposés en passant par la méthode utilisée.

Des ateliers ludiques (jeux de rôles, escape game, énigmes etc.) nous ont permis de comprendre des concepts clés comme la blockchain, le design thinking, l’intelligence cognitive, la digitalisation.

A titre personnel, j’ai pu participer à l’atelier Blockchain; Luca Comparini (Responsable Blockchain France d’IBM) était en charge de l’initiation et de l’apprentissage de cette nouvelle technologie afin de transmettre sa connaissance et son expertise aux potentiels «IBMers».

L’atelier a commencé par une définition de la technologie qui est (pour faire simple) un registre distribué et sécurisé -grâce à la cryptographie- fonctionnant sans organe centrale de contrôle.

Le design thinking nous a permis, par la suite, de clarifier notre méthode de travail. Pour cela, il était nécessaire de commencer par se mettre dans la peau de l’utilisateur afin de comprendre sa vision et de répondre plus précisément à ses besoins : synthétiser par l’acronyme KYC (Know Your Custumer).

Par conséquent, Alice : 27 ans, assistante Marketing; Bob:  30 ans, conseiller bancaire et Charlie : 35 ans, assureur ; sont sortis de notre imagination.

Après s’être imprégné du personnage et de son caractère, il fallait réfléchir à un changement de situation dans la vie du client – en l’occurrence Alice – et identifier les problèmes et les inconvénients engendrés par ce changement (par exemple les attentes et problèmes lors de démarches administratives dues à un déménagement dans un pays étranger).

Lorsque que ces notions ont été identifiées, alors (et seulement à cette étape) une solution est envisagée.

Si nous reprenons l’exemple, la banque d’Alice possède certains documents administratifs (RIB, domiciliation, téléphone etc.); la blockchain permettrait, dans ce cas, de créer une sorte de réseau (entre la banque et les acteurs du pays d’accueil) dans lequel Alice pourrait autoriser sa banque à transmettre ses documents à un ou plusieurs acteurs de son choix (agence immobilières, entreprise d’électricité, fournisseur d’accès internet etc.). Grâce au consensus établi par la blockchain utilisée et au tiers de confiance décentralisé, la valeur des documents issus de sa banque serait reconnue par les différentes entités.

Les avantages pour Alice sont multiples : gain de temps, simplicité dans les démarches administratives, efficacité dans la gestion de son changement de situation personnelle.

En conclusion, cet atelier nous a permis avant tout de faire de nouvelles rencontres, de poser des questions sur demain, d’avoir une approche du potentiel des nouvelles technologies avec une mise en application de la technologie blockchain tout en découvrant les locaux d’IBM.

Résumé de la journée

Ce fut une après-midi passionnante nous permettant de découvrir une société qui non seulement a aidé à façonner le monde digital mais qui continue à être innovante, elle a une histoire qui dure. Les ateliers nous ont instruits sur le «design thinking» et sur la création d’un elevator pitch.

Il ne nous reste plus qu’à remercier IBM pour leur accueil et les responsables du Master DMI pour cette après-midi qui a plus que tenu ses promesses, elle fut très formatrice, en relation directe notre master et nous a donné l’envie de vite rejoindre la vie professionnelle.

 

Publicités