Thierry Picq, Directeur Académique EMLYON

   « J’ai eu la chance et l’honneur de représenter EMLYON au faculty awards lors du summer camp d’IBM France.

Imaginez la scène. 3 jours de convention exceptionnelle, regroupant toutes les forces vives commerciales d’IBM France, mais également des partenaires et même des clients. Au total, près de 1400 personnes qui travaillent ensemble lors de workshops et plénières sur le thème de la transformation digitale dans diverses industries et secteurs d’activités.

En ce jeudi matin 9 juillet, tous les participants sont assis dans un amphi surchauffé mais studieux, prêts à honorer les récipiendaires de ce prix qui atteste de la qualité des liens qu’entretient IBM avec le monde de l’éducation supérieure.

Nous sommes 13 lauréats présents, briefés par Josiane Gain, rangés en ligne, prêts à monter sur la scène, avec la consigne de présenter chacun en 1 mn son projet. A part une poignée de main rapide, je ne connais pas les autres personnes, chacun étant arrivé juste avant la cérémonie. Nous montons sur scène. Je succède à mon DG, Bernard Belletante, qui a fait 2 jours plus tôt une présentation magistrale sur l’éducation du futur. Pas de pression,… plutôt de la fierté !

En quelques mots, le projet pour lequel EMLYON est récompensé (avec le soutien sans faille de Josiane Gain et de Gilles Pellerin d’IBM) consiste à remettre en cause le principe du traditionnel stage à l’international, où des étudiants isolés découvrent le monde de l’entreprise et produisent un superbe rapport de stage que personne ne lit. Nous avons créé « la mission 2.0 », pour 450 de nos étudiants qui, pendant leurs stages de 6 mois à l’étranger doivent assurer des activités pédagogiques sous forme ludique (reportages vidéos, études de cas, mission d’observations…) et produire des livrables mensuels. Ils sont reliés entre eux au travers d’un espace numérique où ils communiquent, échangent des expériences, travaillent en équipes projets virtuelles et rentrent en contact avec des diplômés qui vivent dans le pays où ils sont. Bref, il s’agit de vivre une expérience apprenante digitale au sein d’une communauté connectée.

Je suis censé parler en avant dernière position (ordre alphabétique oblige). Je découvre petit à petit les projets qui sont présentés avant moi, sous forme de pitch d’1 mn. J’entends parler de big data, d’objets connectés, de cyber sécurité, de cognitive computing et de deep learning,… avec des chercheurs de haut niveau qui inventent des technologies, des usages, des services… et finalement le monde de demain ! Le doute s’installe en moi. Ne suis-je pas une peu décalé avec mon expérience pédagogique ? Les présentations se suivent, toutes plus brillantes les unes que les autres, et quand mon tour arrive, j’assume le fait que je vais parler finalement d’un sujet qui nous concerne tous  : l’humain.

Créer des liens au travers de la technologie pour améliorer le soutien, l’échange, le travail collaboratif et apprendre aux futurs managers de demain à maitriser les outils numériques et adopter les comportements et compétences nécessaires pour être les leaders du monde digital de demain. n’est-ce pas un enjeu capital ?

Finalement, je décide que j’ai toute ma place dans ce panel d’universitaires et suis fier de recevoir ce prix des mains de Nicolas Sekkaki, tout nouveau président d’IBM France.

Ce qu’illustre au fond cette récompense, c’est le lien entre l’humain et le digital, le lien entre le high tech et le high touch ! »

Advertisements