Par Thibaut Carval, étudiant en première année à Supélec

Comment initier les étudiants au métier d’ingénieur et lever le voile sur cette entreprise en une après-midi?

Vendredi 14 septembre 2012, nous sommes une centaine d’élèves de Supélec rassemblés dans les bureaux d’IBM, c’est pour beaucoup la première sortie hors du campus et ils ne seront pas déçus du voyage.

On nous a demandé de venir avec notre propre vision d’IBM ; ce n’est pas si facile. IBM n’évoquait pour moi que des publicités incompréhensibles se terminant irrémédiablement par « Je suis un IBMer ». J’avais pourtant la sensation qu’une immense multinationale se cachait derrière. Rien de plus, je ne me souviens pas avoir acheté ni même aperçu un produit étiqueté IBM de toute ma vie. C’est donc une véritable « boite noire » que je m’apprêtais à découvrir.

Après avoir pénétré dans des bureaux flambant neufs, la visite commença réellement par l’intervention de Michel Teyssedre (Chief Technology Officer) qui nous exposa précisément les différentes activités de l’entreprise : Cloud computing, Big data ; avant de nous présenter les recherches menées par IBM sur le futur de l’informatique. Nous avons ainsi découvert des ordinateurs plus réactifs, plus intelligents, capables de traiter tous types de données, statuts Facebook et SMS compris. S’en est suivi un échange avec Philippe Sajhau (Vice President Smarter Cities) qui nous présenta l’initiative Smarter Cities, ce qui nous a permis de découvrir la façon dont IBM s’associe avec les collectivités locales du monde entier pour améliorer la coopération entre leurs différents services et le quotidien de leurs habitants.

La visite devint encore plus vivante par la suite. On nous proposa différents ateliers nous permettant d’en savoir un peu plus sur les activités du groupes mentionnées plus haut et de discuter personnellement avec d’anciens Supélec travaillant chez IBM. On a pu par exemple tester,  jouer et perdre lamentablement contre l’ordinateur intelligent Watson (vainqueur du grand jeu télévision américain Jeopardy) ou bien discuter du projet Smarter Cities, des applications de guidage capables de gérer en temps réel le trafic, les travaux et les accidents d’une grande ville comme Lyon mais aussi capables de vous proposer la meilleure route possible tout en s’adaptant en permanence à ces contraintes.

Enfin, point culminant de notre visite, nous avons rencontré Alain Bénichou, Président d’IBM France et ancien Supelec, qui prit le temps de nous expliquer ce que l’on attend d’un ingénieur moderne, de nous raconter son parcours, quelques anecdotes sur son métier et de nous distiller plusieurs conseils pour l’avenir. Nous avons tous beaucoup apprécié le fait d’être reçus par le président en personne car cela nous donna véritablement l’impression d’être pris au sérieux. On a pu également avoir un bel aperçu de la carrière que l’on peut espérer avoir en entrant à Supélec, ce qui est une vraie source de motivation.

En somme j’ai vécu une visite particulièrement dynamique et enrichissante. Pouvoir parler personnellement, et sur leur lieu de travail, avec des ingénieurs qui ont fait la même école que moi et qui ont encore en mémoire les détails du campus et de la vie quotidienne de Supélec, tout cela m’a permis de réaliser que le monde du travail n’est plus si loin ! Je crois sincèrement que nous sommes tous sortis de là avec de très belles images d’IBM en tête et une vraie envie d’y travailler. C’est en tout cas avec beaucoup de regrets que nous avons rendu notre badge visiteur à la fin de la journée.

Thibaut Carval est actuellement en première année à l’Ecole Supérieure d’Electricité, plus communément appelée Supélec. Il nous livre ses impressions suite à la visite d’IBM du 14 septembre dernier.

Publicités